Reportage

Les dirigeants de l'ASEAN s'engagent à « atteindre l'objectif Zéro »

23 novembre 2011

Photo : MC ASEAN/Nyoman Budhiana

Les chefs d'État et de gouvernement des dix pays de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN) se sont engagés à faire une réalité de l'objectif « zéro nouvelle infection au VIH, zéro discrimination et zéro décès dû au sida », dans une déclaration adoptée au 19ème Sommet de l'ASEAN à Bali, en Indonésie (17-19 novembre 2011).

En renforçant les engagements pris lors de la Réunion de haut niveau sur le sida en juin 2011, les dirigeants des pays — Brunei Darussalam, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Myanmar, Philippines, Singapour, Thaïlande et Vietnam — se sont engagés à réduire de moitié, d’ici 2015, les transmissions sexuelles du VIH et les transmissions du VIH entre les consommateurs de drogues, et à veiller à accélérer leurs efforts pour atteindre l'objectif d'accès universel au traitement antirétroviral. Ils ont également consenti à faire en sorte d'éliminer les nouvelles infections à VIH chez les enfants au cours des cinq prochaines années. 

La Déclaration de 2011 détaille les engagements spécifiques pris par les dix pays de l'ASEAN pour garantir le déploiement de ressources financières adéquates permettant d'élargir les programmes factuels de prévention sur le VIH à l'attention des principales populations à risque accru, telles que les consommateurs de drogues, les professionnels du sexe, les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes et les personnes transsexuelles.

Nous soulignons l'importance d'une riposte efficace et complète pour prévenir et réduire le nombre de nouvelles infections et offrir un traitement, des soins et un soutien adaptés aux principales populations affectées et autres groupes vulnérables

Susilo Bambang Yudhoyono, président indonésien et président du 19ème Sommet de l'ASEAN

« Nous soulignons l'importance d'une riposte efficace et complète pour prévenir et réduire le nombre de nouvelles infections et offrir un traitement, des soins et un soutien adaptés aux principales populations affectées et autres groupes vulnérables », a déclaré le président indonésien et président du 19ème Sommet de l'ASEAN, Susilo Bambang Yudhoyono, dans son allocution présidentielle présentée en clôture du Sommet.

Les dix nations de l'ASEAN ont souligné l'importance de garantir une durabilité financière, une appropriation et un leadership nationaux pour améliorer les ripostes régionales et nationales au VIH. Par le biais de cette déclaration, elles se sont engagées à assurer la mobilisation d'une plus grande proportion de ressources domestiques pour la riposte contre le sida, dans un esprit de partage des responsabilités. 

« Ces engagements forts de la part des dirigeants de l'ASEAN reconnaissent la nécessité d'une responsabilité partagée et le paysage en évolution de la riposte au sida », a déclaré Michel Sidibé, directeur exécutif de l'ONUSIDA. « Pour optimiser les opportunités qui s'offrent à nous, le monde doit investir suffisamment aujourd'hui, de manière à ne pas devoir payer éternellement ». 

Par le biais de la Déclaration, les organismes ministériels sectoriels de l'ASEAN, ainsi que d'autres organismes, sont mandatés pour mettre en œuvre les engagements décrits avec l'ensemble des États membres de l'ASEAN encouragés à soutenir l'atteinte des objectifs.