Reportage

L'ONUSIDA demande au Pape Benoît XVI son soutien dans les initiatives visant à stopper les nouvelles infections au VIH chez les enfants

11 avril 2012

Le Directeur exécutif de l'ONUSIDA Michel Sidibé avec le Pape Benoît XVI.
Photo : L'Osservatore Romano

Le Directeur exécutif de l'ONUSIDA Michel Sidibé a demandé au Pape Benoît XVI un engagement personnel dans l'arrêt des nouvelles infections au VIH chez les enfants. Lors d'une audience avec le Pape, M. Sidibé lui a indiqué que l'élimination des infections au VIH chez les enfants était un objectif atteignable qui, grâce à des efforts concertés, pourrait être atteint d'ici 2015.

« Des millions de personnes dans le monde vivant avec et touchées par le VIH sont pris en charge par des organisations de santé catholiques », a déclaré M. Sidibé. « Le plein engagement de l'Église catholique dans les initiatives visant à éliminer les nouvelles infections au VIH chez les enfants est d'une importance capitale. »

Le Vatican estime que les organisations reliées à l'Église catholique fournissent près de 25 % de l'ensemble des services de traitement, de soins et d'appui en matière de VIH dans le monde. En 2010, le Vatican a rapporté que plus de 5 000 hôpitaux, 18 000 dispensaires et 9 000 orphelinats, dont un grand nombre sont impliqués dans des activités liées au sida, étaient soutenues par l'Église catholique.

Pour atteindre l'objectif d'arrêter les nouvelles infections au VIH chez les enfants à l'horizon 2015, l'ONUSIDA et ses partenaires ont lancé un Plan mondial pour éliminer les nouvelles infections au VIH chez les enfants à l'horizon 2015 et maintenir leurs mères en vie, à l'occasion de la Réunion de haut niveau sur le VIH/sida des Nations Unies de 2011. Le plan décrit une stratégie principalement axée sur les 22 pays qui représentent plus de 90 % des nouvelles infections au VIH chez les enfants dans le monde.

Après l'audience, M. Sidibé a rencontré M. Michel Roy, secrétaire général de Caritas Internationalis, une confédération de 164 organisations catholiques d'aide humanitaire, de développement et de services sociaux opérant dans plus de 200 pays et territoires dans le monde. En tant que précieux partenaire de l'ONUSIDA, Caritas Internationalis est l'une des organisations de la société civile représentées au comité de direction du Plan mondial pour éliminer les nouvelles infections au VIH chez les enfants.

Le plein engagement de l'Église catholique dans les initiatives visant à éliminer les nouvelles infections au VIH chez les enfants est d'une importance capitale

Michel Sidibé, directeur exécutif de l'ONUSIDA

Les organisations confessionnelles jouent un rôle considérable dans la prévention, le traitement, les soins et l'appui aux personnes vivant avec et touchées par le VIH. L'Organisation mondiale de la Santé a estimé que les groupes confessionnels prodiguent entre 30 % et 70 % de l'ensemble des soins en Afrique. Pendant leur conversation approfondie au sujet du Plan mondial et des opportunités de renforcement de leur collaboration et de leurs partenariats dans la riposte au VIH, Michel Sidibé a déclaré : « L'élimination des naissances séropositives est un objectif atteignable. Nous sommes tous d'accord sur ce point, tout comme sur l'importance de maintenir en vie les mères des enfants. » 

M. Michel Roy a déclaré : « La riposte mondiale au VIH est une priorité de Caritas Internationalis depuis ces 25 dernières années. Nous poursuivrons notre engagement dans ce domaine. Nous soutenons activement les efforts visant à éliminer l'infection au VIH chez les enfants. La campagne « HAART for Children » de Caritas partage l'objectif commun de promouvoir l'adoption renforcée de programmes de prévention de la transmission mère-enfant et de s'assurer que les enfants vivant avec le VIH, ainsi que leurs mères, ont accès à un diagnostic et un traitement précoces. »

M. Sidibé a ensuite rencontré le Cardinal Peter Turkson, président du Conseil pontifical « Justice et Paix ». En 2009, le Cardinal, originaire du Ghana, a co-présidé la deuxième Assemblée spéciale pour l'Afrique du Synode des Évêques. Sous la direction du Cardinal Turkson, les évêques ont discuté du VIH et leur message final encourageait l'Église à s'engager encore plus dans l'élimination du sida.

Dans leurs discussions, le Cardinal Turkson et M. Sidibé ont parlé de l'épidémie de sida en Afrique, des financements durables et du VIH en tant que frein au développement.

« La riposte au VIH est une question de justice sociale », a déclaré M. Sidibé. « Il s'agit de mieux déployer les ressources dans les pays et plus particulièrement de veiller à une redistribution plus équitable entre le nord et le sud. »

Concernant le plan pour éliminer les nouvelles infections au VIH chez les enfants, le Cardinal Turkson a déclaré : « Avec les technologies médicales disponibles, s'assurer que les enfants naissent sans infection au VIH est l'objectif que le genre humain peut et devrait atteindre, sans tarder ; cela contribuerait au développement humain, économique et social des pays concernés. »

Reconnaissant le travail important de la communauté religieuse dans la riposte au sida, l'ONUSIDA a établi un cadre stratégique en 2009 –– pour renforcer les partenariats entre l'ONUSIDA et les organisations confessionnelles. Le cadre décrit la nécessité pour les leaders religieux mondiaux et nationaux d'adopter une action publique de soutien à la riposte au sida et de renforcer la capacité des organisations confessionnelles à travailler dans le domaine du VIH.

À l'occasion de sa visite à Rome, M. Sidibé a également rencontré Staffan de Mistura, sous-secrétaire d'État au Ministère des affaires étrangères italien, avec lequel il a discuté de l'importance pour l'Italie de maintenir sa longue tradition de leadership en matière de riposte mondiale au sida. M. de Mistura a exprimé le fort soutien de l'Italie pour la vision de l'ONUSIDA : zéro nouvelle infection au VIH, zéro discrimination et zéro décès lié au sida, ainsi que l'intérêt particulier qu'elle porte au plan mondial destiné à éliminer les nouvelles infections au VIH chez les enfants.