Reportage

Nouvelles directives pour une meilleure prévention du VIH chez les professionnels du sexe

12 décembre 2012

L'Organisation mondiale de la santé (OMS), en partenariat avec le FNUAP, l'ONUSIDA et le Global Network of Sex Work Projects, a développé de nouvelles directives visant à mieux protéger les professionnels du sexe contre le VIH et les autres infections sexuellement transmissibles (IST).

Les professionnels du sexe sont souvent extrêmement vulnérables au VIH et aux autres infections sexuellement transmissibles (IST) en raison de facteurs multiples (grand nombre de partenaires sexuels, conditions de travail dangereuses et obstacles à la négociation pour le port systématique d'un préservatif, etc.). En outre, les professionnels du sexe n'exercent qu'un contrôle mineur sur ces facteurs en raison de leur marginalisation sociale et car leurs environnements de travail sont souvent criminalisés. Dans certains contextes, l'alcool, la consommation de drogues et la violence peuvent encore exacerber leur vulnérabilité et les risques qu'ils courent.

« Le risque qu'un professionnel du sexe soit contaminé par le VIH ou d'autres IST est nettement plus élevé que pour les autres personnes », déclare le Dr Gottfried Hirnschall, Directeur du département VIH/sida à l'OMS.

L'objectif du document d'orientation, Prévention et traitement de l'infection à VIH et des autres infections sexuellement transmissibles chez les professionnels du sexe dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, est de fournir des recommandations techniques sur les programmes efficaces en matière de prévention et de traitement du VIH et d'autres IST auprès des professionnels du sexe et de leurs clients.

Prévenir l'infection des professionnels du sexe peut améliorer la santé des professionnels du sexe eux-mêmes mais également ralentir la transmission du VIH et des IST au sein de populations plus vastes. Des actions préventives dans des pays aussi divers que le Brésil, l'Inde, le Kenya et la Thaïlande, ont réussi à réduire la transmission des IST dans le commerce du sexe en renforçant l'utilisation des préservatifs. Elles ont ainsi permis d'améliorer l'état de santé global des professionnels du sexe et d'accélérer la mise sous contrôle des épidémies de VIH et d'IST.

Les nouvelles directives de l'OMS recommandent que les pays œuvrent en faveur de la décriminalisation du commerce du sexe et encouragent les pays à améliorer l'accès des professionnels du sexe aux services de santé. Elles définissent également un ensemble d'actions visant à responsabiliser les professionnels du sexe et soulignent que l'utilisation correcte et systématique d'un préservatif peut réduire les transmissions entre les professionnels du sexe (hommes, femmes ou transsexuel(le)s) et leurs clients.

Les preuves indiquent que, lorsque les professionnels du sexe arrivent à imposer des rapports sexuels protégés, le risque d'infection à VIH et donc leur vulnérabilité sont considérablement réduits. Les directives encouragent la réalisation régulière de dépistages volontaires et le traitement des IST pour les professionnels du sexe, afin d'améliorer leur santé et de contrôler la propagation du VIH et des IST.

Selon l'OMS, ces directives basées sur des données probantes sont destinées à être utilisées par les responsables nationaux de la santé publique et les gestionnaires des programmes de lutte contre le VIH et les IST, les organisations non gouvernementales dont les organisations communautaires et de la société civile, et les professionnels du sexe. Ces directives peuvent également être utiles pour les bailleurs de fonds internationaux, les médias scientifiques, les décideurs gouvernementaux en matière de santé et les militants.