Actualité

Élargir l'accès au traitement anti-VIH en Afrique occidentale et centrale

04 avril 2014

Les experts du sida d'Afrique occidentale et centrale ont participé à la première consultation régionale en vue de définir de nouveaux objectifs pour assurer l'accès universel au traitement anti-VIH dans la région. Se tenant à Dakar, au Sénégal, du 31 mars au 1er avril, l'événement était organisé par l'ONUSIDA, en collaboration avec l'OMS et le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

Les discussions ont porté sur les aspects scientifique, technique, politique et financier de l'expansion du traitement anti-VIH dans la région.

Compte tenu des preuves montrant qu'une mise en route précoce du traitement anti-VIH permet de sauver des vies, de prévenir les infections opportunistes, de stopper la transmission du VIH par voie sexuelle et de faire des économies à long terme, les participants ont lancé un appel à l'action, en déclarant que l'accès au traitement anti-VIH devait être considéré comme un droit humain et que chaque personne vivant avec le VIH devait avoir le droit de recevoir un traitement.

Plus de 150 personnes ont participé à l'événement, représentant les conseils nationaux sur le sida et d'autres organismes gouvernementaux, notamment les Ministères des Finances, ainsi que les organisations de la société civile, le secteur privé, les associations et réseaux de personnes vivant avec le VIH, le réseau African Men for Sexual Health and Rights et des partenaires techniques et financiers venus de 25 pays d'Afrique occidentale et centrale.

Déclarations

« Aujourd'hui, nous avons une occasion unique d'écrire le dernier chapitre de l'histoire du sida. Pour y parvenir, il est important de saisir les opportunités offertes par le nouveau modèle de financement du Fonds mondial, les cadres d'investissement et la révision des plans stratégiques nationaux. Ce sont eux qui poseront en 2015 les fondations des objectifs ambitieux et visionnaires qui nous permettront d'avancer d'ici à 2020. »

Dr Mamadou Diallo, Directeur régional de l'ONUSIDA pour l'Afrique occidentale et centrale

Déclarations

« La mise en œuvre précoce du traitement anti-VIH est primordiale. Aujourd'hui, nous pouvons faire la différence, sauver des vies et prévenir de nouvelles infections à VIH, voire même éliminer le VIH pour la génération à venir. Je m'engage à mobiliser, de retour chez moi, la communauté du sida afin que nous décidions rapidement des mesures à prendre pour que tous les Mauritaniens qui vivent avec le VIH aient accès le plus tôt possible au traitement anti-VIH. »

Dr Ndougou SALLA BA, Secrétaire exécutif du Conseil national sur le sida de Mauritanie