Actualité

Traiter, réformer, éduquer, aimer : les jeunes se préparent à prendre la relève à l'occasion de la conférence AIDS 2014

19 juillet 2014

Dans son discours de clôture à l'occasion d'un événement préliminaire à la conférence AIDS 2014 sur la jeunesse, le Directeur exécutif de l'ONUSIDA Michel Sidibé a rendu hommage à la passion, au dévouement et à l'engagement que les jeunes apportent dans la riposte au sida, en faisant avancer l'agenda et en endossant un rôle de leadership.

M. Sidibé a félicité les 200 jeunes réunis, ainsi que les autres jeunes dans le monde, pour la manière dont ils se sont rassemblés l'an dernier pour s'engager de plus en plus dans les principaux processus de prise de décision et assurer l'investissement dans des programmes à fort impact qui fonctionnent pour les jeunes sur le terrain. Il leur a conseillé de redoubler d'efforts et de bâtir des alliances encore plus solides au sein de mouvements nationaux avec des objectifs politiques clairs, et il a promis de transmettre leur message principal : Traiter, réformer, éduquer, aimer.

Cet événement de deux jours, organisé les 18 et 19 juillet, a abordé plusieurs questions clés concernant les jeunes, avec comme temps fort la mise au point d'un appel en faveur d'un plan d'action pour la jeunesse pour l'inclusion de leurs voix dans tous les débats à l'échelon national, régional et international sur la sensibilisation, la politique et le traitement contre le sida.

La manifestation s'est articulée autour de plusieurs ateliers de développement des compétences et d'échange de connaissances, notamment le lancement d'une session un nouvel outil pour les jeunes sur la participation au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme et sur la manière d'appréhender son nouveau modèle de financement. La session plénière ACT 2015! a étudié les moyens grâce auxquels le secteur de la jeunesse pourrait mettre la santé, le bien-être et les droits des jeunes au cœur de l'agenda pour après 2015 grâce à des actions de sensibilisation au niveau national et international.

En outre, les jeunes issus des populations les plus à risque ont discuté de l'expansion de leur rôle de leadership et des moyens pour lutter efficacement contre la stigmatisation et la discrimination. Les directives de l'Organisation mondiale de la Santé concernant les jeunes gens et la nécessité de réformer les lois sur le consentement parental, qui peuvent barrer l'accès des jeunes à des services tels que le dépistage du VIH et d'autres services de santé sexuelle et reproductive, ont également été examinées.

Organisé par la Melbourne YouthForce, l'événement était guidé par le pacte pour la transformation sociale soutenu par l'ONUSIDA, un cadre international unificateur et collaboratif mené par la jeunesse et conçu pour faire reconnaître les besoins des jeunes en matière de VIH.

Pour que l'argent serve à la jeunesse : un outil de participation pour le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme est disponible au téléchargement à partir des liens ci-dessous :

Lignes directrices pour les jeunes militants et les organisations de la jeunesse (en anglais)

Lignes directrices pour les membres de l'instance de coordination nationale et les autres acteurs du Fonds mondial (en anglais)

Déclarations

« Organisez-vous et mobilisez-vous sous forme de mouvement avec des objectifs politiques clairs. Bâtissez des alliances avec d'autres secteurs de la jeunesse vers des objectifs communs et ensemble nous mettrons fin à l'épidémie de sida. »

Michel Sidibé, Directeur exécutif de l'ONUSIDA

Déclarations

« Lorsque nous avons débuté il y a quelques années avec la Youth Force à la conférence internationale sur le sida, la jeunesse n'était absolument pas représentée. Mais aujourd'hui, les questions qui concernent les jeunes sont celles qui concernent tout le monde ; il s'agit réellement d'une sorte de réussite. »

Himakshi Piplani, Co-président de l'événement préliminaire à la conférence sur la jeunesse

Déclarations

« Pour une génération sans sida, une information correcte et opportune est vitale pour les jeunes et nous devons protéger et défendre collectivement leurs droits à un accès illimité à l'éducation, aux services et aux informations sur la sexualité ; c'est ce que l'UNFPA s'est engagé à faire en coopération avec les gouvernements et les partenaires de la société civile. Les jeunes connaissent également une vulnérabilité au VIH accrue qui les empêche de réaliser pleinement leur potentiel ; nous devons mettre un terme à toutes les formes de discrimination. »

Kate Gilmore, Directrice exécutive adjointe de l'UNFPA