Actualité

Papouasie-Nouvelle-Guinée: la centralité d'une approche multisectorielle de la riposte au sida

06 juin 2014

La Papouasie-Nouvelle-Guinée a la plus forte prévalence au VIH en Océanie (0,5% en 2012) et connaît une épidémie concentrée dans des groupes clés de la population et dans certaines zones géographiques. Lors d'une visite officielle dans le pays, Jan Beagle, Directrice exécutive adjointe de l'ONUSIDA a rencontré un certain nombre de parties prenantes, y compris des représentants du gouvernement, des parlementaires, des partenaires au développement, de la société civile, du secteur privé et d'organisations confessionnelles qui ont été l'occasion de mettre en évidence que l'un des points forts de la lutte contre le sida à l'échelle mondiale a été sa capacité à construire des coalitions de parties prenantes dans toutes les disciplines et secteurs. « Le sida est bien plus qu'un problème de santé, il s'agit d'un développement, de droits de l'homme et de question du genre. Pour arriver à zéro en Papouasie-Nouvelle-Guinée, nous avons besoin de la puissance d'une coalition de tous les secteurs pour garantir que personne ne soit laissé pour compte », a déclaré Mme Beagle lors d'une réunion avec les membres des groupes de travail parlementaires sur le VIH, la population et le développement durable.

Dans la province de Hela, Mme Beagle a constaté le travail de la Fondation Pétrolière Recherche Santé. La Fondation, en partenariat avec le gouvernement, la société civile et les communautés fournit des services liés au VIH et utilisant le VIH comme un point d'entrée pour des résultats élargis sur la santé et le développement, un exemple de partenariat public-privé de fourniture de services de qualité avec un bon rapport coût-efficacité dans un environnement difficile.

Les femmes sont largement sous-représentées à tous les niveaux du gouvernement (seulement trois femmes siègent au parlement national), ce qui limite leur pouvoir pour influencer les politiques publiques à tous les niveaux. La violence envers les femmes est extrêmement élevée, deux tiers des femmes en sont victimes. ONU Femmes, dans le cadre de son Initiative mondiale des villes sûres, est de promouvoir un environnement de travail plus sûr pour les femmes dans deux marchés pilotes dans le district de la capitale nationale de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, où 80% des fournisseurs du marché sont des femmes, ce qui leur permet de préserver leurs gains en sécurité et d'être plus sûres physiquement. Sur les marchés, les infrastructures sont en cours de modernisation, les étals de marché sont rénovés et l'eau courante potable est disponible. De nouvelles méthodes d'encaissement innovantes sans numéraire pour la collecte des redevances sont mises en œuvre pour éviter l'extorsion et le vol, des associations de vendeurs de marché ont été mises en place ainsi qu'un système de référence pour les victimes de violence familiale et sexuelle dans les marchés pilotés. Avec l'aide de l'ONUSIDA, les cliniques de santé mobiles seront établies sur ces marchés pilotes pour fournir des services de santé de base, y compris les services liés au VIH.