Communiqué de presse

Dix organisations communautaires reçoivent le prestigieux Prix Ruban Rouge pour leur riposte innovante au sida

Lors de la session spéciale de remise du Prix Ruban rouge, les lauréats ont été félicités par de nombreuses personnalités éminentes, notamment M. Sidibé, l'Ambassadrice itinérante de l'ONUSIDA Son Altesse Royale la Princesse Mette-Marit de Norvège, le parlementaire américain Jim McDermott, la Ministre française de la Santé et des Affaires sociales Marisol Touraine et le Coordonnateur international et Président exécutif du réseau GNP+, Kevin Moody. Photo : ONUSIDA/Chris Kleponis

WASHINGTON, DC, 25 juillet 2012—Dix organisations communautaires se sont vues récompensées pour leur action exceptionnelle et exemplaire en matière de lutte contre le sida en recevant ce mercredi le Prix Ruban Rouge 2012 lors d’une session spéciale de la XIXème Conférence internationale sur le sida. Le Prix Ruban Rouge est la plus haute distinction mondiale honorant le travail remarquable et innovant des communautés contre l’épidémie de sida.

Les lauréats de 2012 viennent d’Égypte, d’Haïti, d’Inde, d’Iran, du Kenya, du Mexique, de Birmanie, du Sri Lanka, de la Fédération de Russie et d’Ouganda. Plus de 1400 candidatures provenant plus de 120 pays ont été reçues par le Secrétariat du Ruban Rouge, instance hébergée par le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) en partenariat avec d’autres organisations des Nations Unies, AIDS 2012, le réseau mondial des personnes vivant avec le VIH/sida, STOP AIDS NOW!, la Communauté internationale des femmes vivant avec le VIH/sida et le Conseil international des ONG de lutte contre le sida. Les gagnants ont été sélectionnés par un comité technique composé de représentants de la société civile. Ils recevront chacun la somme de 10 000 dollars US et bénéficieront d’une reconnaissance internationale pour leur action innovante et leur leadership. Ils ont tous été invités à participer à l’édition 2012 de la Conférence internationale sur le sida à Washington.

« Les lauréats du Prix Ruban Rouge 2012 ont accompli beaucoup avec peu de moyens. Ils travaillent sur le terrain dans des conditions très difficiles afin de veiller à ce que les groupes vulnérables et les personnes vivant avec le VIH accèdent à l’information, aux services et aux opportunités dont ils ont besoin », déclare le Directeur exécutif de l’ONUSIDA, Michel Sidibé. « Les communautés sont à la source de la riposte au sida et c’est leur énergie, leur action innovante et leur leadership qui guident notre action pour en finir avec le sida. »

Les lauréats du Prix Ruban Rouge 2012 ont accompli beaucoup avec peu de moyens. Ils travaillent sur le terrain dans des conditions très difficiles afin de veiller à ce que les groupes vulnérables et les personnes vivant avec le VIH accèdent à l’information, aux services et aux opportunités dont ils ont besoin

Michel Sidibé, Directeur exécutif de l'ONUSIDA

Lors de la session spéciale Prix Ruban Rouge, les lauréats ont été félicités par plusieurs personnalités éminentes dont M. Sidibé, Son Altesse Royale la Princesse héritière Mette-Marit de Norvège, Ambassadrice itinérante de l’ONUSIDA, Jim McDermott, membre de la Chambre des représentants américaine, Marisol Touraine, Ministre française des Affaires sociales et de la Santé, et Kevin Moody, Coordinateur international et Directeur de GNP+.

En remettant leur prix aux lauréats, la Princesse héritière Mette-Marit a déclaré : « Je suis fière de remettre ces prix à ces organisations remarquables, dont l’action au sein de leur communauté fait vraiment la différence pour les personnes affectées par le VIH. La lutte communautaire contre le VIH est au cœur de la riposte au sida. »

La lauréate du prix Nobel et Secrétaire générale de la Ligue nationale pour la démocratie en Birmanie, Aung San Suu Kyi, a adressé son message aux lauréats dans une vidéo. Elle y souligne l’importance des organisations communautaires et déclare : « En renforçant la communauté, nous renforçons nos chances d’instaurer la démocratie et de bâtir de solides institutions démocratiques. »

Le Directeur exécutif de l'ONUSIDA remet le Prix Ruban rouge dans la catégorie « Prévention parmi les consommateurs de drogues » aux représentants de l'Association Afraye Sabz, basée dans la province iranienne de Kermanshah, qui compte de plus en plus de personnes vivant avec le VIH, en particulier chez les jeunes consommateurs de drogues injectables. Photo : ONUSIDA/C. Kleponis

Le Prix Ruban Rouge a été créé en 2006 et a été depuis décerné tous les deux ans lors de la Conférence internationale sur le sida. Il y avait cette année cinq catégories de prix et les dix lauréats sont répertoriés ci-dessous par catégorie :

1)     Prévention de la transmission sexuelle

The Help, Birmanie, concentre son action sur la prévention, les soins, le soutien et le plaidoyer auprès des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH). L’organisation s’emploie à ce que la voix de ces hommes soit entendue et leurs problèmes pris en compte à l’échelle nationale. Tous ses membres sont HSH et près de la moitié d’entre eux vivent avec le VIH.

SEROvie, Haïti, se consacre à la santé et aux droits des minorités sexuelles en Haïti et est devenue une source vitale d’aide, de soutien et de plaidoyer pour ces minorités à la suite du tremblement de terre de janvier 2010. SEROvie mène des actions de prévention du VIH, délivre des informations et des conseils dans le domaine de la santé et apporte un soutien psychologique et social. La fondation assure également des soins à domicile, des formations professionnelles et des programmes de micro-crédit.

2)     Prévention auprès de/par les consommateurs de drogues

Association Afraye Sabz, Iran, établie dans la province de Kermanshah, qui compte de plus en plus de personnes vivant avec le VIH, en particulier parmi les jeunes consommateurs de drogues injectables. L’association s’emploie à sensibiliser les personnes, les jeunes en particulier, par des activités éducatives et d'autres services complémentaires et à soutenir les personnes vivant avec le VIH et leur famille.

Je suis fière de remettre ces prix à ces organisations remarquables, dont l’action au sein de leur communauté fait vraiment la différence pour les personnes affectées par le VIH. La lutte communautaire contre le VIH est au cœur de la riposte au sida

Son Altesse Royale (SAR) la princesse Mette-Marit de Norvège

Espolea, Mexique, offre aux jeunes un espace où ils peuvent librement réfléchir, créer et agir. L’organisation concentre son action sur trois thèmes essentiels pour les jeunes : le VIH, le genre et la politique en matière de drogues. Elle s’emploie à bâtir un programme national complet et cohérent en direction des jeunes, encourageant leur participation au niveau local, national et international.

3)     Traitement, soins et soutien

L’Association des hôpitaux et centres de soins palliatifs du Kenya (KEHPCA), Kenya représente tous les prestataires de soins palliatifs du pays. Sa mission consiste à renforcer l’offre de soins palliatifs et à s’assurer que les personnes ayant besoin de ces services en bénéficient. Près de 27 % des patients des hôpitaux du Kenya reçoivent des soins palliatifs pour le VIH et le sida et l’association plaide activement pour l’intégration des soins palliatifs aux services de santé du pays.

Réseau des femmes séropositives (PWN+), Sri Lanka. Cette organisation s’emploie à assurer l’autonomisation de ses membres, qui sont toutes des femmes vivant avec le VIH, et à réduire la discrimination et la stigmatisation auxquelles elles sont confrontées lorsqu’elles accèdent aux services de santé. PWN+ plaide également en faveur de politiques mondiales et nationales et a mis en place deux centres d’accueil animés par et pour des personnes vivant avec le VIH afin de leur fournir un environnement sûr, sécurisé, confidentiel et exempt de toute stigmatisation où elles peuvent bénéficier de conseils et d’un soutien moral et financier.

4)     Plaidoyer et droits humains

Mouvement « Les patients ont le contrôle », Fédération de Russie. Initiative locale lancée en 2010, ce mouvement compte aujourd’hui une cinquantaine de militants à travers toute la Russie. Il organise des actions de rue, des conférences de presse et des tables-rondes sur des questions telles que les ruptures de stock de médicaments et l’absence de directives en matière de traitement VIH. Le mouvement a obtenu des résultats significatifs en termes d’action du gouvernement sur ces questions.

Réseau des personnes séropositives de Delhi (DNP+), Inde. Cette organisation cherche à améliorer les conditions de traitement et les structures d’accueil des personnes vivant avec le VIH. Elle a mis en place une plate-forme pour aider les patients à prendre des décisions fondées en matière de traitement. Au fil des années, son action s’est élargie, passant du soutien à la fourniture de services et au plaidoyer en faveur des droits humains.

5)     Elimination des nouvelles infections à VIH chez les enfants et maintien de leurs mères en vie, santé des femmes

Giramatsiko Post Test Club, Ouganda, est une organisation créée pour et animée par des femmes du milieu rural qui vivent avec le VIH. Elle leur apporte des connaissances et des compétences en matière de prévention, de soin, de soutien et de traitement liés au VIH. Elle défend les droits des femmes vivant avec le VIH et de leur famille et améliore l’autonomie de ces femmes en renforçant leur capacité de subsistance. L’organisation a mis en place 19 Post Test Clubs.

Coalition mondiale des jeunes contre le sida (GYCA) Egypte. Ce réseau de jeunes militants s’emploie à sensibiliser les communautés sur les questions de santé, notamment sur les sujets tabous comme la santé et les droits sexuels et reproductifs. Il plaide également en faveur d’une approche respectueuse des droits de l’homme pour toutes les interventions relatives au VIH/sida, avec notamment des programmes d’information, de distribution de préservatifs et d’échange de seringues pour les jeunes. Le réseau mène également une action auprès de femmes issues des communautés à faible revenu.

Centre de presse

Téléchargez la version imprimable (PDF)


Contact

ONUSIDA Genève
Saira Stewart
tél. +41 22 791 2511
stewarts@unaids.org


Contact

Washington DC
Sophie Barton-Knott
tél. +1 202 735 46 05, +41 79 514 68 96
bartonknotts@unaids.org


Région/pays



Multimédia