Communiqué de presse

L’ONUSIDA et l’Agence du NEPAD signent un accord pour renforcer la riposte au sida et l’action plus générale en faveur du développement en Afrique

Le Dr Ibrahim Assane Mayaki, Secrétaire exécutif de l'Agence du NEPAD, et Michel Sidibé, Directeur exécutif de l'ONUSIDA, lors de la signature du protocole d'accord au siège de l'Union africaine à Addis-Abeba, en Éthiopie, le 27 mars 2012.
Photo : ONUSIDA/Jiro Ose

ADDIS-ABEBA, le 27 mars 2012—Le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) et l’Agence de Planification et de Coordination du Nouveau Partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD) ont procédé aujourd’hui à la signature d’un protocole d'accord appelant à une collaboration stratégique pour promouvoir des ripostes pérennes au VIH et des actions viables en faveur de la santé et du développement sur l’ensemble du continent africain. Le protocole d'accord a été signé par M. Michel Sidibé, Directeur exécutif de l’ONUSIDA, et le Dr Ibrahim Assane Mayaki, Secrétaire exécutif de l’Agence du NEPAD, en marge d’un colloque organisé à l’occasion du dixième anniversaire du NEPAD à Addis-Abeba (Éthiopie).

Aux termes de l’accord, l’ONUSIDA et l’Agence du NEPAD collaboreront avec des partenaires pour : aider les pays africains à définir des positions communes sur la riposte au sida, en mettant l’accent sur des financements pérennes ; lever les obstacles à l’accès au traitement contre le VIH ; faciliter l’établissement de politiques et de partenariats visant à éliminer les nouvelles infections à VIH chez les enfants et à améliorer la santé des mères ; renforcer la prise en main des programmes par les pays et leur responsabilisation ; et encourager la coopération entre les pays du Sud.

« Ce nouveau partenariat nous rapproche de la réalisation de notre objectif “Zéro nouvelle infection à VIH. Zéro discrimination. Zéro décès lié au sida.ˮ », a déclaré le Directeur exécutif de l’ONUSIDA lors d’une conférence de presse le 28 mars, après la signature du protocole d'accord. M. Sidibé a indiqué que « l’objectif zéro » nécessite des partenariats efficaces et largement ouverts, un partage des responsabilités, une transparence accrue, et des actions centrées sur les résultats – autant de domaines dans lesquels les compétences du NEPAD ne sont plus à prouver.

S’exprimant aux côtés de M. Sidibé à la conférence de presse, le Dr Ibrahim Mayaki a fait savoir que la prise en main des programmes par les pays serait un élément essentiel pour renforcer la riposte au sida et les actions en faveur du développement au cours de la prochaine décennie. « Les partenariats pour le développement ne peuvent être fructueux que si des pays en développement sont à leur tête », a indiqué le Secrétaire exécutif de l’Agence du NEPAD. « Les programmes de lutte contre le sida doivent être viables sur le plan financier à long terme et spécialement adaptés aux contextes nationaux », a-t-il ajouté.

C’est en Afrique subsaharienne que la charge du VIH est la plus élevée dans le monde. En 2010, près de 68 % de l’ensemble des personnes vivant avec le VIH habitaient en Afrique subsaharienne, une région qui n’abrite pourtant que 12 % de la population mondiale.

Environ deux tiers de la totalité des investissements dans la lutte contre le sida en Afrique proviennent aujourd’hui de sources extérieures. D’après les estimations de l’ONUSIDA, l’Afrique aura besoin de 11-12 milliards de dollars des États-Unis pour sa riposte régionale d’ici à 2015 – soit une augmentation de 3-4 milliards de dollars par rapport au montant actuel des dépenses.

Centre de presse

Téléchargez la version imprimable (PDF)


Contact

ONUSIDA Genève
Saira Stewart
tél. +41 22 791 2511
stewarts@unaids.org


Contact

ONUSIDA Éthiopie
Rahel Gettu
tél. +251 115 444 442
gettur@unaids.org


Contact

Agence du NEPAD
Gilles Eric Foadey
tél. +251 931189252
erickf@nepad.org


Région/pays